S'identifier      S'inscrire    visiteurs jour : 12     Total clics   :   272228

Amis Au président Beauté santé Cuisiniers Darsonval Diaporamas Informations loisirs
Jean Informatique Karting Les religions Mamy G. Régimes et santé Robert et Arlette

Bienvenue sur le site des familles d'Arsonval et Darsonval


Accueil

Nouvelles

Village d'Arsonval

Forum public

Généalogie

Site de vidéos

Histoire

Publicité

Ceux du web

Plan du site

Bibliothèque

Le Razès en Septimanie

Rassemblements

Diaporamas-Photos et Vidéos

L'armée RUSSE

Ivan le Terrible, tsar de Russie

Catherine II de Russie

Les vestiges du passé

Madame de Pompadour

La Marquise de Brinvilliers

Le château de Fléchères

Jeanne, comtesse de La Motte

Jeanne, comtesse de La Motte (suite1)

Jeanne, comtesse de La Motte (suite2)

Jeanne, comtesse de La Motte (suite3)

Notre-Dame de Marceille

Saint-Guillem-du-Désert

Les Sarrasins dans le Languedoc

Les Annales de la Monarchie

La Bourse en 1883

Le Sénat en 1883

La Chambre des Députés en 1883

Politique fin XIX siècle

Le Drapeau de la FRANCE (1883)

Les Visigoths

Jeanne d'Arc

Jeanne d'Arc (suite)

Constitution de 1789

 
Clics 913

 

 

LE DRAPEAU Français

 

 

Le drapeau de la FRANCE 

 

 

 

                                                                        - Voyez-vous, disait souvent le vieux capitaine Fougerel en frappant sur la table, vous ne savez pas, vous autres, ce que c’est que le drapeau. Il faut avoir été soldat ; il faut avoir passé la frontière et marché sur des chemins qui ne sont plus ceux de la France ; il faut avoir été éloigné du pays, sevré de toute parole de la langue qu’on a parlée depuis l’enfance ; il faut s’être dit, pendant les journées d’étape et de fatigue, que tout ce qui resta ce qui reste de la patrie absente, c’est ce lambeau de soie aux trois couleurs françaises qui clapote là-bas, au centre du bataillon ; il faut n’avoir eu, dans la fumée de la bataille, d’autre point de ralliement que ce morceau d’étoffe déchirée pour comprendre, pour sentir tout ce que contient dans ses plis cette chose sacrée qu’on appelle le drapeau. Le drapeau, mes pauvres amis, mais sachez-le bien, c’est, contenu dans un seul mot, rendu palpable dans un seul objet, tout ce qui fut, tout ce qui est la vie de chacun de nous : le foyer où l’on naquit, le coin de terre où l’on grandit, le premier sourire d’enfant, le premier amour de jeune homme, la mère qui vous berce, le père qui gronde, les premiers ans, la première larme, les espoirs, les rêves, les chimères, les souvenirs ; c’est toutes les joies à la fois, toutes enfermées dans un mot,  dans un nom, le plus beau de tous, la patrie. Oui, je vous le dis, le drapeau, c’est tout cela, c’est l’honneur du régiment, ses gloires et ses titres flamboyant en lettres d’or sur ses couleurs fanées qui portent des noms de victoires ; c’est comme la conscience des braves gens qui marchent à la mort sous ses plis ; c’est le devoir dans ce qu’il a de plus sévère et de plus fier, représenté parce qu’il a de plus grand : une idée flottant dans un étendard. Aussi bien, étonnez-vous qu’on l’aime, ce drapeau parfois en haillons, et qu’on se fasse pour lui trouer la poitrine ou broyer le crâne. Il semble que tous les cœurs du régiment tiennent à sa hampe par des fils invisibles. Le perdre, c’est la honte éternelle. Autant vaudrait souffleter un à un ces milliers d’hommes que de leur arracher, d’un seul coup, leur drapeau. Non, non, cent fois non ! vous ne comprendrez jamais ce que peut souffrir un homme qui sait que son drapeau est demeuré, comme une partie intégrante du pays, aux mains de l’ennemi. C’est une idée fixe, qui dès lors le torture et le déchire. Le drapeau est là-bas ! ils l’ont pris, ils le gardent, Nuit et jour il y songe, il en rêve, il en meurt parfois. Qu’est-ce qu’un drapeau ? Vous me direz : un symbole… et qu’importe qu’il figure, ici ou là, dans une revue ou une apothéose ? Symbole, soit ; mais tant que l’espèce humaine aura besoin de se rattacher à quelque croyance saine, mâle et vraie, il lui faudra encore, de ces symboles dont la vue seule remue en nous, jusqu’au fond de l’être, tous les généreux sentiments, tout ce qui nous porte vers le dévouement, le sacrifice, l’abnégation et le devoir.

 

Jules Claretie

 

*

 

La Charte

 

Organe de la Fédération Nationale André-Maginot

 

 

 

"> Le Drapeau de la FRANCE (1883)
Votre message -->

Classement
par date
croissante.
décroissante.
Pseudo Le 11-12-2017. Titre


lazarhumeurshis le 14-5-2012. excellent
bonjour,

pas du tout un d'Arsonval, Darsonval ou d'Arconval, mais j'apprécie,tirade en tant qu'ancien militaire, ayant donné ma santé au service de mon pays, la France, cette tirade , vaste hommage au Drapeau que j'ai servi respectueusement !
beaux sites.... je visite !
merci...

patrick

 

Total des visiteurs  :    175037   dont aujourd'hui :   12    En ligne actuellement :  1      Total des clics   272228