S'identifier      S'inscrire    visiteurs jour : 36     Total clics   :   252139

Amis Au président Beauté santé Cuisiniers Darsonval Diaporamas Informations loisirs
Jean Informatique Karting Les religions Mamy G. Régimes et santé Robert et Arlette

Bienvenue sur le site des familles d'Arsonval et Darsonval


Accueil

Nouvelles

Village d'Arsonval

Forum public

Généalogie

Site de vidéos

Histoire

Publicité

Ceux du web

Plan du site

Bibliothèque

Rennes-le-Château en Occitanie

Rassemblements

Diaporamas-Photos et Vidéos

L'armée RUSSE

Ivan le Terrible, tsar de Russie

Catherine II de Russie

Les vestiges du passé

Madame de Pompadour

La Marquise de Brinvilliers

Le château de Fléchères

Jeanne, comtesse de La Motte

Jeanne, comtesse de La Motte (suite1)

Jeanne, comtesse de La Motte (suite2)

Jeanne, comtesse de La Motte (suite3)

Notre-Dame de Marceille

Saint-Guillem-du-Désert

Les Sarrasins dans le Languedoc

Les Annales de la Monarchie

La Bourse en 1883

Le Sénat en 1883

La Chambre des Députés en 1883

Politique fin XIX siècle

Le Drapeau de la FRANCE (1883)

Les Visigoths

Jeanne d'Arc

Jeanne d'Arc (suite)

Constitution de 1789

 
Clics 828

 

 

LE SENAT EN 1883

 

 

 

Le 1 juillet 1883

 

         Le Sénat ne brille pas par une grande activité. Il y a eu cette semaine peu de séances intéressantes, et il est probable qu’il n’y en aura guère avant le départ du Parlement.

         M. Bérenger a interpellé M. Waldeck-Rousseau sur la suppression des aumôniers dans les hôpitaux. Après un discours de ce dernier, le Sénat a voté l’ordre du jour pur et simple demandé par le gouvernement. Cette discussion a fourni à MM. De Ravignan et Meyran l’occasion de se faire rappeler à l’ordre.

         Le Sénat a ensuite terminé la discussion de la loi sur les juges consulaires, qui va être renvoyé à la chambre pour cause de modifications.

         Après avoir décidé que la commune de Lanouée sera divisée en deux communes distinctes, et que l’une prendra le nom de Forges, le Sénat a repris son éternelle discussion de la loi sur la protection de l’enfance, dont il a voté quelques articles.

         La suite de la discussion a été renvoyée à samedi.

 

 

Le  8 juillet 1883

 

         Si l’activité règne à la Chambre des députés, le Sénat est loin de donner un pareil exemple.

         Le Sénat n’a eu, cette semaine, que deux ou trois courtes séances. Elle a continué son interminable discussion sur la protection de l’enfance, qui a donné à M. de Gavardie l’occasion de prodiguer son éloquence.

         On a ensuite ouvert la discussion sur un projet de loi créant une artillerie de forteresse. Cette discussion technique permet aux orateurs militaires de la Chambre haute de montrer leur savoir. Le colonel Meynadier, les généraux Deffis, Farre, Billot et Thibeaudin, et le major Labordère se succèdent à la tribune et prononcent des discours que personne n’écoute.

         Cela n’empêche pas de décider par 133 voix contre 118, que la proposition Billat sera renvoyée à la commission.

         Après cet effort, le Sénat fixe sa prochaine séance à mardi prochain.

 

*

 

Le 22 juillet 1883

 

         Le Sénat a discuté cette semaine deux questions importantes : la première concerne l’artillerie de forteresse, qui a donné lieu à un vif débat entre le ministre de la guerre et les généraux Billot, Farre, et quelques autres militaires de la chambre haute.

         M. Billot a combattu le projet du gouvernement, qui demande cinq millions pour l’artillerie. Il croit qu’en versant les soldats de train dans le corps de l’artillerie, on nuirait à une prompte mobilisation et à l’avancement des officiers. Le général Thibaudin soutient le contraire. Après une discussion technique des plus animées, le Sénat a donné tort au général Billot et raison au général Thibaudin par 142 voix contre 125.

         Le Sénat a abordé ensuite la question de la réforme judiciaire. La réforme est admise en principe, mais les détails promettant de donner lieu à de vifs débats.

         La discussion générale a été ouverte par M. Lafond de Saint-Mur, qui défend l’inamovibilité. M. de Tenaille-Séligny, rapporteur de la commission, soutient le projet du gouvernement. Ce projet est vivement attaqué par M. Jules Simon, qui le qualifie de loi d’hypocrisie. L’attitude du Sénat fait supposer que la loi sera votée sans modifications importantes.

 

 



"> Le Sénat en 1883
Votre message -->

Classement
par date
croissante.
décroissante.
Vous
inaugurez
ce forum,
félicitations.
Pseudo Le 30-3-2017. Titre

 

Total des visiteurs  :    161843   dont aujourd'hui :   36    En ligne actuellement :  2      Total des clics   252139